Rechercher
  • Magali

AS-TU DIT "OUI" DE BON COEUR ?

Dernière mise à jour : 27 août

Que te manque-t-il pour dire « oui » de bon cœur ?

C’est l’une des questions inspirées des pratiques du consentement qui est en train de changer ma manière d’être au monde en me montrant petit à petit combien je restreins et censure mes désirs…


Une scène anodine de la vie courante le mois dernier m’a mis le nez sur la manière dont je juge durement mes propres élans.


Flashback


Dimanche soir. Je parle au téléphone avec un ami d’un projet commun. On doit chacun imprimer un doc de travail d’une cinquantaine de pages. Moi je les ai imprimées il y a quelques semaines sur mon imprimante. Lui est embêté car son imprimante tarde à arriver à la FNAC. Normalement, c’est pour dans 1 ou 2 jours. On parle des impressions à CopyTop, puis du fait que ça ne va plus tarder. Puis, éclair de lumière de son côté : « Mag, tu pourrais peut-être m’imprimer les feuilles ?! ».

Quoi ? On me parle? Non, je n'entends rien...

T’es radine, Magali !


Oui, je pourrai. Pourtant, je n’ai pas beaucoup d’enthousiasme. Je me sens même un peu gênée. Un peu acculée. Je viens de changer les cartouches, je me rends compte que ça part plus vite que je pensais, ce n’est pas donné et je n’ai plus beaucoup de papier. Et puis, je ne comprends pas cet empressement à 2 jours de l’échéance. Est-ce à moi de prendre en charge l’impatience de mon ami ?


Et en même temps, s’élève en moi une voix assez dure : « D’où te permets-tu de dire non à un ami ? Pour des questions d’argent, tu laisses tomber un ami ? Ça ne se fait pas. T’es radine. C’est honteux. »


Oui, c’est vrai, ça fait radin de dire non… Et je suis sûre que lui m’aurait « oui ».


« Oui, ok. »


Non 0 – Oui 1.


Et puis quand même, j’observe que l’inconfort est toujours là. Que ça m’énerve un peu de devoir lui faire ses impressions et qu’il n’ait qu’à venir les prendre, tranquille. Il y a quelque chose qui me gratouille. Et en même temps, j’ai envie d’honorer cette amitié.


Le Consentement à la rescousse


Soudain, au milieu de mon inconfort, je me suis rappelé cette question :

Qu’est-ce qu’il te faut pour dire « oui » de bon cœur ?

C'est la base des exercices de négociations dans les ateliers consentement.


Cette question est valide avec 3 conditions :

  1. Une personne te demande quelque chose pour son bénéfice à elle.

  2. Il n’y a pas de contrainte.

  3. Tu hésites : pas envie de dire « non » ou pas de raison de dire « non » mais peu d’enthousiasme.

Alors, pour imprimer de bon cœur les docs pour mon ami, qu’est-ce qu’il me faut ? de l’argent ? qu’il vienne les faire lui-même ? je cherche…


Et bim, j’ai trouvé : ce qui me ferait agir de bon cœur, c’est qu’il apporte de quoi partager l’apéro ensemble après ! Ça tombe bien, il a deux bières au frigo. Deal !


D’un coup, je sens mon état intérieur changer : je suis joyeuse à nouveau et contente de le voir dans la soirée, alors que ce n’était pas prévu. J’ai même eu du plaisir à préparer les impressions avant son arrivée.


** Happy end **


Oser entendre et dire mon désir

Ca fait un moment que j’observe mes pensées, mes réactions et je déplie progressivement la part de jugements sur moi-même, que je crois croyais être la voix du juste, du comportement approprié, de « ce qui se fait ».


En m’auto-débriefant après cet appel, je me suis remerciée d’avoir osé faire différemment de ce que je fais d’habitude. D’oser avoir l’air radine, d’oser avoir l’air de trop demander. D’oser traverser les quelques secondes d’étonnement de mon ami au téléphone.


D’oser honorer la partie en moi qui avait un désir.


De lui donner ma voix, à elle et de mettre la voix du « ça ne se fait pas » au second plan, cette fois.


Oser les expériences dans l’anodin


Après coup, j’étais émue d’avoir osé dire mon désir.


Aujourd’hui, je suis curieuse d’entendre mes autres désirs et partant, de faire mieux connaissance avec qui je suis quand je ne me réduis pas à celle qui fait « ce qui se fait ».


Et toi, qu’est-ce qu’il te faut pour dire oui de bon cœur ?


Merci d'avoir lu ce billet. Si tu veux t'entraîner en lieu sûr à ressentir tes envies et à négocier, inscris-toi aux Ateliers du Consentement. Tous les mois, un atelier gratuit pour faire connaissance et pratiquer ensemble.


Magali

23 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout